Etudes pour LA MÉTHODE, série de 96 variations sur la série Homage to the Square de Josef Albers, 2019
cyanotype et palladiotype - collages en pièces uniques - 32,5 x 32,5 cmEtudes pour LA MÉTHODE, série de 96 variations sur la série Homage to the Square de Josef Albers, 2019 cyanotype et palladiotype – collages en pièces uniques – 32,5 x 32,5 cm

LA MÉTHODE

solo show

31/01 - 14/03/20
vernissage jeudi 30 janvier de 18h à 21h

LA MÉTHODE est un ensemble de 96 collages uniques, variations en cyanotype et palladiotype sur la série Homage to the Square de Joseph Albers. Un exercice de style qui épuise toutes les séquences possibles obtenues par un protocole de découpage et ré-assemblage des formes primitives des carrés peints par Albers.

De prime abord, les perspectives abstraites de ce nouveau corpus d’Edouard Taufenbach surprennent au regard de la figuration des travaux antérieurs de l’artiste à travers la mise en scène de photographies vernaculaires. Le panneau en forme de mode d’emploi présenté en préambule, restitution des étapes de recherches, démontre plutôt la mise à nu d’un processus de pensée/création : déconstruire et reformuler. Cette déconstruction de l’image première et ré-assemblage, comme la découpe des rushes d’une pellicule permet autant de nouvelles formes filmiques, prévalait déjà dans les séries CINEMA : Histoires domestiques (2015) et SPÉCULAIRE (2017). En cela LA MÉTHODE ne constitue pas tant un tournant qu’une expression radicalisée de sa pratique, épurée de tout sujet, pour ne retenir que la tension minimaliste de la forme sous-jacente. De cette grammaire géométrique et répétition sans cesse renouvelée, se dégage aussi une force musicale. Chaque proposition, comme un maillon d’une chaîne rythmique, vient reprendre et amplifier la précédente. Son œuvre video sonore SFUMATO (2015), outre la variation cyclique du bleu du ciel, jouait déjà une même partition en boucle.

L’ensemble des points de vue composés depuis cette triangulation des carrés d’Albers, à partir d’un même point de fuite à l’intérieur du cadre, restituerait dès lors un système où l’obsession de l’artiste s’incarnerait en méthode. Et si l’on se souvient du premier travail photographique d’Edouard Taufenbach, HOMMAGE² (2015)*, LA MÉTHODE résonne bien comme une réinitialisation dans un perpétuel recommencement.

* HOMMAGE² est présenté dans la galerie permanente d’Aéroport de Paris dans le cadre de la Carte Blanche Paris Photo : « L’abstraction française en photographie » vue par William Klein, Edouard Taufenbach, Noémie Goudal et Denis Darzacq (depuis octobre 2018, Terminal 2E).