Illés Sarkantyu, Memorandum, 2000, courtesy Illés Sarkantyu, Galerie Binome
grande chambre Polaroid 50x60cm - encadrement 100x75 cmIllés Sarkantyu, Memorandum, 2000, courtesy Illés Sarkantyu, Galerie Binome grande chambre Polaroid 50x60cm – encadrement 100×75 cm

Memorendum

solo show

28/02 - 30/03/13
commissariat Marguerite Pilven

Pour saluer leurs deux années de collaboration, la Galerie Binome donne carte blanche à Marguerite Pilven, critique d’art et commissaire d’exposition indépendante. Elle présente le travail du photographe et réalisateur Illés Sarkantyu autour de Lucien Hervé.

« Depuis 2007, Illés Sarkantyu classe et numérise l’œuvre du photographe Lucien Hervé (1910-2007) à la demande de son épouse. Le maniement de ces archives lui inspire la série photographique Memorandum1 . L’archivage repose sur une activité descriptive et suppose de fait une acuité d’analyse. Si l’aptitude à choisir est une compétence essentielle de l’archiviste, il doit aussi savoir détruire. Cette double exigence éclaire son travail de réappropriation artistique. Le memorandum, ou memo, désigne techniquement toute activité destinée à aider la mémoire dans l’accomplissement d’un travail. Il peut aussi définir la somme d’indications données par une personne à une autre en vue de coordonner une production. Les dossiers photographiés sont des outils de rangement qu’utilisait Lucien Hervé pour ordonner son travail et s’y référer. Illés Sarkantyu les a manipulés à son tour puis a choisi de les conserver pour les exposer aux regards. Parlant de ces manipulations, nous voici justement très proches de la main d’Hervé : celle qui colle et recouvre, annote et souligne, griffonne et rature, numérote, indexe et déchire. Listes, mots clés, initiales et noms propres renvoient aux sujets qu’il a photographiés. Ils constituent les indices d’une mise en ordre que l’on parcourt sur la surface usée des chemises. Tirés ensemble et montés sur un panneau, ces dossiers de consultation, aujourd’hui remplacés par des chemises neuves, forment le corpus officiel d’Hervé. »

[texte-extrait] Marguerite Pilven, commissaire et critique d’art, 2013