Corinne Vionnet, Paris (2), 2007, série Photo Opportunities (2006-17), courtesy Galerie BinomeCorinne Vionnet, Paris (2), 2007, série Photo Opportunities (2006-17), courtesy Galerie Binome

France augmentée

group show

27/10 - 22/12/17

L’exposition « France augmentée » à la Galerie Binome s’inscrit sur le parcours associé à la rétrospective « Paysages français, une aventure photographique (1984-2017) » à la BnF, avec les travaux de Thibault BrunetFrédéric DelangleMarc Lathuillière et Michel Le Belhomme. La sélection présente également les œuvres de trois artistes invités, Robin LopvetEric Tabuchi et Corinne Vionnet. De cette attention portée aux mutations du territoire français depuis la fin du XXème et de la manière dont les artistes le documentent, « France augmentée » retient la transition marquée par l’avènement de l’ère numérique et la quatrième révolution industrielle qui l’accompagne. Devenus familiers des supports numériques et de la généralisation des outils de capture et d’analyse de notre environnement (GPS intégrés aux voitures et aux smartphones, lunettes à réalité augmentée, et autre imagerie interactive développée par les industries du jeu vidéo, du médical, du militaire), nous assistons aujourd’hui au renouvellement d’un imaginaire du paysage, tout en participant quotidiennement à son actualisation. En ce sens, au delà de la réalité, c’est bien notre perception du monde qui est augmentée.

Forts de cette acuité à considérer ces nouvelles données versus les codes de représentation de l’ “ancien” monde, les artistes de « France augmentée » érigent dans l’hybridation, les images d’un territoire composite. La photographie, dans l’acception contemporaine du medium, offre cette souplesse plastique qui leur permet ajustement, incrustation, combinaison, inventaire, opérés à même leurs propres prises de vues ou à partir d’images récupérées. Lumière, couleur, texture, motif, support, volume, mais encore, point de vue, emprunt, citation, sous-traitance, suite algorithmique, sont autant de paramètres sur lesquels jouent ces artistes et dont les applications leur permettent de redéfinir la notion de paysage, d’augmenter ce qui a pu être délimité par la peinture comme fenêtre ouverte sur l’histoire*.

De part en part, « France augmentée » croise des problématiques contemporaines liées à l’urbanisme, au tourisme, à l’environnement, ou encore à Internet, dans leur inclination à transfigurer et refonder le territoire : requalification d’une architecture vernaculaire en zone péri-urbaine – Thibault Brunet – et en France rurale – Eric Tabuchi, face au déclin des industries traditionnelles – Marc Lathuillière ; métissage de la Ville Lumière par le filtre de la mondialisation – Frédéric Delangle; idolâtrie des sites touristiques – Corinne Vionnet – servie par la culture de masse grâce aux outils et supports de diffusion numériques – Robin Lopvet … non exhaustive, « France augmentée » rend compte d’intentions artistiques, quand la seule analyse statistique du territoire deviendrait pur nihilisme – Michel Le Belhomme.

En cette époque de révolution chronique, le paysage en photographie reste ce lieu de contemplation et support esthétique de discussion.

* Leon Batista Alberti, De pictura, 1435

commissariat : Valérie Cazin & Émilie Traverse